CSN - SPB du CISSS de la Gaspésie

Décroissance des mesures COVID, fin de l’état d’urgence sanitaire et versement des rétroactivités

Voici un message de l’équipe de négociation de la FSSS-CSN :

Dans la foulée des annonces du gouvernement vendredi dernier sur la fin de l’état d’urgence sanitaire et de plusieurs mesures COVID, vous trouverez, joints au présent courriel, deux documents synthèse du MSSS sur le sujet.

22-RH-00123_Note

22-RH-00123_PJ

Nous vous rappelons que la FSSS-CSN ne peut que dénoncer la fin abrupte de ces mesures, bien qu’elles n’aient pas été négociées, dans un contexte où la pénurie de personnel demeure un défi considérable dans le RSSS. À cet effet, nous poursuivons les représentations afin d’implanter de façon urgente des mesures permanentes à la fois pour reconnaître les efforts des travailleuses et travailleurs dans les deux dernières années et pour viser l’attraction et la rétention du personnel dans le futur. Nous sommes toujours en attente d’un retour du gouvernement pour que celui-ci s’engage dans des discussions avec nous pour une meilleure transition. 

Également, nous avons obtenu ce 17 mars 2022 le projet de loi no 28 (Loi visant à mettre fin à l’état d’urgence sanitaire). Nous sommes présentement en analyse de celui-ci.

///***\\\

 

Document explicatif accompagnant les montants de rétroactivité en lien avec l’entrée en vigueur de la convention collective 2021-2023

Il a récemment été porté à notre attention que plusieurs employeurs du réseau ne fournissent aucun document explicatif sur le détail des calculs pour les montants de rétroactivité liés à l’entrée en vigueur de la convention collective 2021-2023. Pourtant, le deuxième alinéa du paragraphe 38.07 de notre convention collective est très explicite à ce sujet : « Les montants de rétroactivité sont payables par versement distinct accompagné d’un document expliquant le détail des calculs effectués. ».

Nous avons interpellé le CPNSSS et le MSSS dans les derniers jours sur le sujet. Nous sommes en attente d’un retour de leur part.

Dans l’attente, des libellés de griefs ont été suggérés à vos syndicats afin de protéger les droits des personnes salariées qui sont dans l’impossibilité d’analyser et de valider les montants reçus vu le manquement de l’employeur. Si vous souhaitez déposer un grief, de manière préventive, nous vous invitons à communiquer avec votre syndicat local.

///***\\\

Perspective sur le moment de versement des rétroactivités en lien avec les ententes sur le maintien de l’équité salariale

Nous avons également interpellé à nouveau le CPNSSS et le MSSS cette semaine sur le moment de versement des sommes dues en lien avec les différentes ententes intervenues sur le maintien de l’équité salariale. Nous sommes toujours en attente d’un retour de leur part.

///***\\\

Syndicalement, l’équipe de négociation du secteur public

Recrues recherchées

Le Conseil syndical du CSN – Syndicat du Personnel de Bureau du CISSS de la Gaspésie est à la recherche de nouvelles recrues pour travailler sur divers comités.

Afin d’appuyer les membres du conseil syndical dans leurs activités, et pour laisser plus de place aux membres dans les travaux du syndicat, nous souhaitons vous offrir l’opportunité de siéger sur un comité, de représenter vos collègues, de participer à l’amélioration des conditions de travail et de vivre une expérience enrichissante !

Les comités

Voici la liste des comités pour lesquels nous sommes actuellement en recrutement :

      • Comité paritaire sur la Santé et la Sécurité au Travail (SST)
      • Comité de Développement des Ressources Humaines (PDRH)
      • Comité d’action sur les plaintes non-résolues de maintien de l’équité salariale

 

 

 

Les mandats

Voici sommairement le rôle et le mandat de chacun de ces comités

      • Comité paritaire sur la Santé et la Sécurité au Travail (SST)

L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour éliminer à la source tout danger pour la santé, la sécurité et l’intégrité physique des personnes salariées et le syndicat doit y collaborer.

Le comité a pour fonction, entre-autre, de convenir des modes d’inspection des lieux de travail, d’identifier les situations qui peuvent être source de danger, de recommander les mesures jugées utiles à la correction de problèmes, de recommander les priorités d’action en matière de SST.

      • Comité de Développement des Ressources Humaines (PDRH)

Le développement des ressources humaines vise à répondre aux besoins de formation des personnes salariés découlant des besoins de l’établissement. Les activités de mise à jour et de perfectionnement sont des activités qui ont pour but de permettre aux personnes salariés de maintenir leur efficacité , de rafraîchir leurs connaissances, de s’adapter à l’utilisation de nouvelles technologies et d’acquérir une compétence accrue dans leur champ d’activités. Le comité fait des recommandations à l’employeur afin qu’il détermine les besoins prioritaires.

      • Comité d’action sur les plaintes non-résolues de maintien de l’équité salariale

Le comité soutien le conseil syndical dans la diffusion d’information et dans l’organisation d’activités en lien avec le plan d’action proposé par la FSSS-CSN. Les personnes qui y participent doivent détenir un des titres d’emplois pour lesquels il demeure des plaintes non-résolues de maintien de l’équité salariale.

 

L’implication

S’impliquer dans un comité, c’est motivant! Vous ne changerez peut-être pas le monde, mais vous contribuerez à la vie syndicale et à l’amélioration de votre sort et de celui de vos collègues. Vous avez des questions? Communiquez avec nous et il nous fera plaisir de vous en dire davantage.

 

Les libérations

Selon le comité les besoins peuvent varier. Dans tous les cas, vous serez libéré de votre travail pour les journées de rencontres, pour les journées de préparation ainsi que lors de toute autre activité qui le nécessite. L’employeur doit faire en sorte que votre libération ne vous cause pas de surcharge de travail à la suite de chacune de vos journées de libération.

 

Vous souhaitez donner votre nom? Rien de plus simple, cliquez sur le bouton suivant pour remplir un court formulaire 🙂

Cliquez ici

Non à l’omerta dans le réseau de la santé et des services sociaux

Le CSN – Syndicat du Personnel de Bureau du CISSS de la Gaspésie se soucie de l’ambiance de travail et du climat malsain qui règne dans certains secteurs. En tout temps, la voie du grief demeure la meilleure voie pour défendre les droits et intérêts des travailleuses et travailleurs. Mais parfois, il est possible que vous ayez des craintes de subir des représailles.

Nous souhaitons offrir aux membres un endroit où vous pourrez nous contacter anonymement pour nous faire part de vos préoccupations, d’éléments anormaux dont vous avez été témoin ou pour dénoncer des situations inacceptables sans risquer de subir des représailles de la part de l’employeur.

N’oubliez pas qu’en tout temps vous pouvez contacter vos représentants syndicaux afin de leur faire part d’une situation problématique que vous vivez ou d’une situation anormale dont vous avez été témoin. Si vous souhaitez que vos échanges demeurent confidentiels, n’hésitez pas à le mentionner. Sachez que nous avons l’obligation de préserver la confidentialité de l’ensemble des dossiers que nous traitons.

Cliquez-ici pour accéder au formulaire de dénonciation anonyme


Le syndicat analysera chacune des dénonciations qui seront portée à son attention mais ne s’engage pas pour autant à intervenir pour chacune d’elle. Les informations reçues pourront tout de même nous être utile dans les Comités de Relation de Travail afin d’indiquer à l’employeur toute problématique qui doit être portée à son attention. Le rôle premier d’un syndicat est de s’assurer que la convention collective (contrat de travail) est bien respectée par l’employeur et d’accompagner ses membres dans la défense de leurs droits.

COVID-19 vs CNESST

Nous vous rappelons l’importance que toutes les travailleuses et tous les travailleurs de la santé qui sont déclarés positifs à la COVID-19 déposent une réclamation à la CNESST. La CNESST a mis en place une présomption administrative à cet effet et il est très important de déposer une réclamation, même si l’employeur dirige le personnel sur l’assurance salaire.

Si vous êtes convaincus que vous n’avez pas été contaminé au travail, par exemple si vous n’étiez pas au travail dans la semaine précédent votre résultat positif, il n’est pas nécessaire de faire cette déclaration. Dans le doute, si il existe une possibilité que le virus ait été contracté sur les lieux du travail, il est important de remplir une déclaration et ce même si l’employeur vous rémunère en assurance salaire.

Advenant des complications à long terme à la suite de votre infection, communément appelée la Covid-longue, vous serez alors protégé en vertu des règles de la CNESST. Si vous n’avez pas déclaré votre infection à la CNESST et que vous êtes rémunérés en assurance salaire, vous n’aurez aucune protection concernant les problèmes éventuels qui pourraient vous affecter.

Vous trouverez la page web de la CNESST où vous pourrez soumettre une réclamation en cliquant ici. (Cherchez le bouton vert « Remplir la Réclamation du travailleur »)

Si vous avez des questions ou avez besoin d’être accompagné dans cette démarche, n’hésitez pas à nous contacter.

————-

Pour la petite histoire, la fédération, soutenue par la CSN, a obtenu à la fin du mois d’avril 2020, à la suite de plusieurs représentations auprès de la CNESST, un allègement administratif en faveur des travailleuses et des travailleurs de la santé ayant contracté la COVID-19. Grâce à cet allègement administratif, les réclamations déposées par les travailleurs de la santé ayant été en contact au travail à des cas de COVID-19 étaient acceptées par la CNESST sur présentation d’un résultat de test PCR positif au lieu d’une attestation médicale, sur la base qu’il était fort probable que l’infection ait été contractée au travail.

Ne pas ouvrir de dossier à la CNESST peut créer un préjudice aux travailleurs s’il y a aggravation de la maladie, en cas de récidive et en cas de COVID longue. Nous vous rappelons qu’au niveau médical, la COVID demeure encore inconnue à bien des égards, et que le corps médical n’est pas en mesure encore de statuer, à ce moment-ci, sur les effets à long terme de la maladie, même si les personnes ayant contracté la maladie redeviennent négatives à la suite de la maladie. Beaucoup de recherches ont présentement cours à l’échelle mondiale à ce sujet.

Pour la ou le travailleur, le fait de ne pas avoir déposé, au moment opportun, une Réclamation du travailleur à la CNESST pourrait compromettre l’acceptation d’une réclamation future, dans l’éventualité ou des symptômes apparaitraient.

Il n’appartient pas à l’employeur de décider si oui ou non une réclamation doit être faite à la CNESST. L’employeur DOIT, par le biais d’une réclamation, ouvrir un dossier à la CNESST. C’est elle qui a la prérogative d’accepter ou de refuser. Si l’employeur n’est pas d’accord avec la décision, il peut contester la décision de la CNESST. Par ailleurs, les personnes n’ayant pas déposé de réclamation, alors qu’elles le pouvaient, peuvent le faire rétroactivement durant une période de 6 mois.

————-

Suite à de nombreuses interventions de la part de la FSSS-CSN, la CNESST a modifié ses directives, applicables aux milieux de soins (hôpitaux; soins de courte durée; cliniques médicales, GMF, centres de dépistage, cliniques externes, cliniques COVID-19, milieux de réadaptation, soins à domicile, milieux de soins de longue durée (CHSLD, RPA et les autres ressources d’hébergement de ce type)).

Ces directives peuvent être retrouvées en cliquant ici :

https://www.cnesst.gouv.qc.ca/sites/default/files/documents/masques-minimalement-requis-milieux-de-soins.pdf

Des discussions sont toujours en cours pour bonifier davantage ces mesures, mais celles présentées dans ce tableau sont à mettre en application dès maintenant.

Essentiellement, le port du masque N95 ou protection supérieure est exigé dans toutes les zones et pour tous les niveaux de risques sauf pour la zone froide avec usager à faible risque. De plus, la notion de 2 mètres de distance n’est plus un critère déterminant, non plus que la durée d’exposition. Donc dès qu’un usager ne correspondant pas aux critères « Usager à faible risque pour la COVID-19 » tel que décrit dans le tableau ci-haut se retrouve dans une pièce, une unité voire un étage, le port du masque N95 devrait être de rigueur.

————-

En application de cette directive, l’employeur est tenu de mettre en place un programme de protection respiratoire, conforme à la norme : Choix, utilisation et entretien des appareils de protection respiratoire (CSA Z94.4).

https://reptox.cnesst.gouv.qc.ca/apruq/guide-pratique/Pages/70-programme-protection-respiratoire.aspx

————-

L’ASSTSAS a mis sur son site Internet des capsules pour le port du masque N95 : http://asstsas.qc.ca/publication/procedure-pour-mettre-et-retirer-un-apr-n95-en-forme-de-coquillea-rabats.

Elle a aussi mis à jour la « Foire aux questions » sur les protections respiratoires : http://asstsas.qc.ca/faq-protection-respiratoire-reponses

————-

Refonte du régime d’assurance et meilleures pratiques

La refonte de votre régime d’assurance collective est en place depuis maintenant 4 mois. Certains questionnements ayant surgi durant l’été, voici quelques rappels sur les modifications apportées au régime.

Rappelons-nous que cette refonte origine d’un sondage auquel plus de 26 000 personnes ont répondu. Après analyse de ce sondage par vos délégués FSSS, quatre (4) objectifs sont ressortis et ont orienté la refonte :
1. Réduction des coûts
2. Simplification du régime
3. Rendre le régime plus équitable
4. Augmenter le niveau de satisfaction de nos membres envers le régime.

Plusieurs modifications ont dû être apportées au régime afin d’atteindre l’ensemble de ces objectifs. Nous avons eu l’occasion de présenter les changements directement aux membres et d’offrir également des explications par le biais de neuf (9) réunions d’information virtuelles (Zoom) interactives tenues au printemps 2021.

Voici un rappel de quelques-uns des principaux changements :

L’introduction de la franchise de 5 $ par médicament a permis des économies sur la prime allant de 2,20 $ à 7,50 $ par paie selon le régime et le statut choisi. Cette franchise s’applique uniformément à tous les niveaux de protections (Santé 1, 2 ou 3). De plus, pour les consommateurs réguliers de médicaments, il est possible d’atténuer une bonne partie des effets de la franchise en s’approvisionnant pour 3 mois. (Voir documents « les bonnes pratiques »). Un des objectifs de la refonte était de réduire les coûts de manière substantielle. Souvenons-nous qu’un peu plus de la moitié des membres ne consomment que très peu ou pas de médicaments, soit entre 0 $ et 499 $ par année, tous statuts confondus!

Le nouveau régime santé 1, avec la liste RAMQ et le taux de 65 % de remboursement, s’adresse particulièrement aux membres qui
ne sont pas de grands consommateurs de médicaments, car les modifications ont permis de baisser le coût de la prime de plus de 20 %. Cette diminution de coûts représente des économies par paie de près de 12 $ pour un statut « individuel », de 14 $ pour un statut « monoparental » et de 26,77 $ pour un statut « familial » : près de 700 $ de réduction du coût annuel des assurances collectives pour une famille !!!

Le régime santé 2 qui prévoit dorénavant un taux global de remboursement à 75 % a également vu son coût réduire de 5 %, ce qui se traduit par une économie par paie de plus de 7 $ pour un statut « individuel », plus de 9 $ pour un statut « monoparental » et plus de 16 $ pour une personne ayant un statut « familial », et ce, malgré l’ajout de nouvelles protections et une bonification significative des remboursements de tous les services professionnels.

Le régime santé 3 n’a pas subi d’augmentation du taux contractuel, malgré plusieurs ajouts de nouvelles protections, d’une bonification significative des remboursements des services
professionnels et d’une majoration substantielle du remboursement des lunettes. Les économies seront donc au rendez-vous pour les membres qui utilisent régulièrement des services professionnels (ex. : chiropractie, massothérapie, physio, etc.), la part des coûts à défrayer se trouvant énormément réduite.

Finalement, les gains arrachés lors de la dernière ronde de négociation au gouvernement par la FSSS, – qui a su encore une fois tenir la minute de plus, ont permis d’augmenter significativement la part de l’employeur au régime d’assurance collective. Le fait de multiplier par 3 la contribution de l’employeur dans la convention collective génèrera des économies entre 6,50 $ à 21,50 $ par paie, selon votre choix de protection actuel pour les titres d’emploi se situant entre les rangements 1 à 11

De nouveau, nous vous invitons à consulter le document produit par la SSQ sur « les bonnes pratiques ».

Rencontrez Fondaction et un conseiller financier

Invitation aux membres FSSS-CSN à une rencontre d’information avec Fondaction et un conseiller financier

Dans le cadre des rencontres sur les règlements des plaintes du maintien de l’équité salariale qui se sont déroulées tout au long de l’automne ainsi que dans le cadre des assemblées générales sur l’entente de principe, plusieurs membres ont adressé à la FSSS-CSN des questions en lien avec la fiscalité, l’épargne et placements, considérant le versement à venir d’importantes sommes rétroactives.

L’engagement avait alors été pris de tenter d’organiser une rencontre d’information avec des personnes-ressources en finance.

La FSSS-CSN est fière de vous annoncer que Fondaction a accepté d’offrir ce service à nos membres et d’organiser une rencontre sur mesure pour répondre aux questions de ces derniers et également de s’adjoindre un conseiller financier pour la tenue de cette rencontre.

L’équipe de négociation du secteur public vous invite à y participer en grand nombre.

Voici le message de Fondaction :

Vous êtes invités à un webinaire sur l’épargne-retraite.
Venez découvrir les avantages de convertir votre rétroaction salariale en un REER à Fondaction. En plus de bonifier votre épargne-retraite, vous réduirez vos impôts et votre épargne contribuera à changer le monde.

Un conseiller financier sera avec nous afin de répondre à vos questions fiscales.

C’est donc un rendez-vous le 25 novembre 2021 à 19h00 sur Facebook

https://www.facebook.com/events/654695928858107/?ref=newsfeed

Pour en savoir plus→ https://bit.ly/3nh7H6N

Sessions d’informations sur les plaintes de maintien

Dans le cadre des récentes ententes sur les plaintes de maintien de l’équité salariale, plusieurs rencontres ont eu lieu avec des groupes de travailleuses et travailleurs de différents titres d’emploi.

Les rencontres mentionnées plus bas visent les travailleuses et travailleurs de titres d’emploi pour lesquels aucune entente n’est intervenue à ce jour. Ces rencontres ont pour but de faire le point sur les plaintes de maintien de l’équité salariale de 2010 et 2015 et un plan d’action sera proposé afin de faire entendre raison au Conseil du trésor et lui manifester que notre patience a des limites et que 10 ans de discrimination, ça suffit !

·         Lundi 29 novembre 2021 de 19h à 20h30 sur Facebook pour les agentes administratives (classe 1, 2, 3 et 4)

https://www.facebook.com/events/415785296671693/

 

·         Mardi 30 novembre de 19h00 à 20h30 sur Facebook pour les secrétaires médicales

https://www.facebook.com/events/440979341112434/

 

·         Mercredi 1er décembre 2021 de 12h à 13 h sur Zoom pour les adjointes à la direction

https://us06web.zoom.us/j/89269931748
ID de réunion : 892 6993 1748
Code secret : 965769

 

·         Mercredi 1er décembre 2021 de 19h à 20h30 sur Zoom pour les acheteuses et acheteurs

https://us06web.zoom.us/j/86728402228
ID de réunion : 867 2840 2228
Code secret : 535238

 

·         Jeudi 2 décembre 2021 de 12h à 13 h  sur Zoom pour les adjointes à l’enseignement universitaire

https://us06web.zoom.us/j/84750311396
ID de réunion : 847 5031 1396
Code secret : 066574

 

·         Jeudi 2 décembre 2021 de 19h à 20h30 sur Zoom pour les secrétaires juridiques

https://us06web.zoom.us/j/83110692973
ID de réunion : 831 1069 2973
Code secret : 005052

À noter

    • L’équipe de négociation demande de faire parvenir par courriel à fsss.nego@csn.qc.ca les questions en lien avec les différents titres d’emploi avant la rencontre, dans la mesure du possible.
    • Les rencontres sont des rencontres d’information à l’intention des travailleuses et travailleurs des différents titres d’emploi visés.
    • Il n’y aura pas de service de traduction lors de ces rencontres.

En espérant vous voir en grand nombre lors des prochaines rencontres.

Solidarité !

L’équipe de négociation du secteur public

Une nouvelle présidence à la FSSS-CSN

Au terme du 45e congrès de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), les délégué-es des syndicats de partout au Québec ont élu un nouvel exécutif pour les représenter dans les trois prochaines années.

Le congrès qui se déroulait toute la semaine, du 8 au 12 novembre 2021, en mode virtuel était le dernier de Jeff Begley. Il a assumé la présidence de la Fédération pendant 9 ans. Jeff Begley ne sollicitait pas de nouveau mandat lors du présent congrès.

Réjean Leclerc, nouveau président de la FSSS-CSN

Les délégué-es ont élu Réjean Leclerc à la présidence. C’est le premier paramédic à occuper les fonctions de la présidence de la FSSS-CSN. Réjean Leclerc était précédemment président du syndicat du préhospitalier, qui représente les paramédics d’Urgences-santé.

L’exécutif de la FSSS-CSN

Les délégué-es ont de plus reconduit dans leur poste Nadine Lambert, infirmière, au secrétariat général-trésorerie, Judith Huot, préposée aux bénéficiaires, à la 1re vice-présidence, Josée Marcotte, agente administrative, à la vice-présidence du secteur public, et Lucie Longchamps, précédemment responsable en service de garde en milieu familial, à la vice-présidence des secteurs privés.

Les orientations des prochaines années

Ce congrès a mené à l’adoption des orientations pour le mandat qui débute :

  • La reconnaissance du travail de chaque maillon de la Fédération
  • La santé et sécurité du travail
  • Démantèlement de la Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l’abolition des agences régionales
  • Affaiblissement de nos réseaux et le nécessaire réinvestissement

Élection du bureau fédéral

Le 45e congrès a aussi permis d’élire le bureau fédéral, soit l’ensemble des postes de la direction politique de la Fédération. Les congressistes ont convenu d’ajouter un poste de vice-présidence régionale par conséquent, certains postes seront comblés lors d’une autre instance en décembre prochain.

Vice-présidences régionales

  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine : Kent Denis
  • Bas Saint-Laurent : Liette Ross
  • Saguenay–Lac-Saint-Jean : Vacant
  • Québec–Chaudière-Appalaches : Marjorie Guay
  • Cœur du Québec : Liette St-Arnaud
  • Estrie : Vacant
  • Montréal–Laval–Grand Nord : Sébastien Gagné
  • Lanaudière : Vacant
  • Laurentides : Vacant
  • Montérégie : Mélanie Bouchard
  • Outaouais : Vacant
  • Abitibi–Témiscamingue–Nord du Québec : Roxanne Brassard
  • Côte-Nord : Steve Heppell

Représentantes, représentants d’une catégorie et d’un secteur privé

  • Catégorie 1 : Frédéric Lapierre-Justin
  • Catégorie 2 : Guillaume Clavette
  • Catégorie 3 : Simon Rochefort
  • Catégorie 4 : Roxanne Palardy
  • Secteur préhospitalier : Jean Gagnon
  • Secteur des centres de la petite enfance : Stéphanie Vachon
  • Secteur des centres d’hébergement privés : Marlène Ross
  • Secteur des RSG : Chantal Racicot
  • Secteur des RI-RTF : Lucille Rouillard

Signature de la Convention collective 2020-2023

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que l’équipe de négociation de la FSSS-CSN a procédé à la signature de la convention collective aujourd’hui! Bien que nous sommes satisfaits des résultats de cette négociation, comme vous, nous sommes d’opinion qu’il y a encore énormément de luttes à venir afin de rendre les conditions de travail des travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux convenables. Néanmoins, nous sommes à l’aube d’une nouvelle ronde de négociation, et nul doute que nous allons redoubler d’ardeur!

Ceci étant dit, voici quelques indications sur les prochaines étapes à venir suivant la signature de ce jour :

  • La convention collective format électronique sera disponible dans les prochains jours;
  • Vous trouverez un tableau, en cliquant ici, avec les dates importantes à retenir suivant l’entrée en vigueur de la convention collective (7 novembre 2021)

Traduction de la convention collective et des outils

Notez qu’une traduction de la convention collective et des différents outils est prévue. Toutefois, considérant l’ampleur de la tâche, ces documents seront disponibles seulement plus tard.

En terminant, l’équipe de négociation et le comité de négociation du secteur public remercient l’ensemble des syndicats et des membres qui ont participé à cette longue lutte que fut la dernière ronde de négociation. Après deux années de négociation depuis le dépôt de nos demandes syndicales en octobre 2019, il est plus que temps de tourner la page de ce chapitre pour en débuter un nouveau.

Syndicalement,

L’équipe de négociation et le comité de négociation du secteur public

La civilité en télétravail – partie 2

Et si on parlait de civilité en télétravail – DEUXIÈME PARTIE

Le comité paritaire contre la violence et le harcèlement au travail de la CSN a diffusé en septembre 2021 un bulletin info-prévention que nous reproduisons ici. Vous trouverez le bulletin en format pdf en cliquant le lien suivant 2021-09_InfoVHT_no4_2e partie

Vous trouverez l’article précédent en cliquant ici.

Dans le numéro précédent, nous avons vu les effets possibles du télétravail sur notre propre bien-être, qui peuvent engendrer des conséquences sur nos communications et le climat de travail.

Nous verrons maintenant qu’en matière de civilité, il est essentiel de tenir compte de nos collègues et de nos vis-à-vis en situation de télétravail. La vocation de nos lieux de travail habituels est claire et le décor est le même pour toutes les personnes en présence, déterminant implicitement certaines règles et certains comportements (habillement, posture, rituels de politesse, etc.). Travailler à partir de chez soi change profondément cette dynamique. La part de notre environnement personnel qui sera visible à l’écran aura un impact sur la perception de nos interlocuteurs, il faut en être conscient.

Par exemple, s’habiller « en mou » et s’installer confortablement au creux de son sofa, au milieu d’une montagne de coussins, en croquant une pomme, peut être acceptable pour une séance de travail avec une collègue, mais sera vraisemblablement interprété comme un manque de respect si les interlocuteurs sont un vis-à-vis patronal, un fournisseur ou des dirigeants d’un syndicat.

LES RÉUNIONS ZOOM, TEAMS ET COMPAGNIE

Exemple 1 > Lors d’une réunion d’équipe virtuelle, Manon, la coordonnatrice, anime les discussions. Plusieurs écrans sont désactivés : elle n’a donc aucune certitude que ces personnes écoutent réellement. On entend sporadiquement des bruits de fond (musique, voix) et des personnes consultent leur téléphone, regardent ailleurs, ou parlent avec quelqu’un de leur entourage personnel, leur micro fermé. Des participants interviennent spontanément, sans avoir inscrit leur nom sur la liste des tours de parole, ce qui rend parfois les discussions inintelligibles. À la fin de la réunion, excédée, Manon exprime abruptement sa frustration. Chacun se sent visé et tout le monde est mécontent.

Exemple 2 > Au cours d’une rencontre virtuelle d’un comité de travail, Benoît exprime son opinion sur un sujet et fait part de ses arguments. Carole est en désaccord avec ce que dit Benoît et s’inscrit sur la liste des tours de parole. En attendant que ce soit son tour, elle réagit en levant les yeux au ciel, en faisant signe que non de la tête et en soupirant bruyamment. Son comportement attire l’attention des participants, au point où Benoît en vient à bredouiller et à perdre le fil de ses idées.

Nous avons vu dans le dernier numéro que les réunions virtuelles requièrent un effort d’attention particulièrement important, surtout lorsqu’elles durent longtemps ou qu’elles se succèdent au cours d’une même journée, voire sur plusieurs jours. La fatigue, l’immobilité, les distractions extérieures, les installations domestiques plus ou moins confortables, la qualité des connexions, la nature des sujets traités… tous ces éléments peuvent avoir des impacts sur le comportement et générer de l’irritabilité, faisant parfois oublier des règles élémentaires de savoir-vivre.

Le même message, transmis en personne ou par le biais d’un écran, ne sera pas reçu de la même façon et n’aura pas le même impact.1 En être conscient est essentiel pour maintenir une atmosphère de courtoisie et de respect lors d’échanges virtuels. Aussi, communiquer à l’aide d’une caméra peut influencer notre interprétation du langage non verbal. Les intentions peuvent être mal décodées, le ton mal saisi. Un trait d’humour peut être pris au sérieux, une remarque ironique comprise comme une insulte.

QUELQUES ÉLÉMENTS À RETENIR

D’abord, il faut se rappeler qu’une réunion virtuelle demeure une réunion. Si elle se passait en présence, plusieurs situations irritantes rapportées ne pourraient se produire. Il faut essayer de les éviter.

De petits gestes simples peuvent favoriser des communications virtuelles harmonieuses et aider à prévenir frustrations et malentendus.

En voici quelques-uns :

    • Écouter attentivement lors des réunions virtuelles et participer activement ;
    • Éviter les manifestations non verbales telles rouler des yeux, soupirer, regarder son téléphone, etc. ;
    • Si l’on désactive la caméra, en expliquer les raisons, et ne pas le faire systématiquement ;
    • Désactiver le son lorsque l’on ne prend pas la parole ;
    • S’inscrire et respecter son tour de parole ;
    • Adapter son comportement et son environnement au type de réunion et d’interlocuteur.

CIVILITÉ ET COMMUNICATIONS ÉCRITES

Dans ce numéro, nous avons abordé la civilité/l’incivilité en situation de télétravail, en nous intéressant surtout aux réunions virtuelles. Cependant, les communications écrites méritent tout autant notre attention, puisqu’elles étaient pratiquées bien avant la pandémie et qu’elles continueront de l’être après le retour au travail « normal ». Les courriels et les textos peuvent également être source d’incivilité, de toutes sortes de manières. Nous aborderons cette question, entre autres, dans le prochain numéro.

D’ici là, nous vous invitons à nous faire part de vos expériences à ce sujet en envoyant vos commentaires aux adresses courriel des ombudsman, qui les traiteront en toute confidentialité. N’oubliez pas de vous référer, au besoin, à la Politique de prévention en matière de violence et de harcèlement et à son guide d’accompagnement.